Analyse : face à Lens, le FC Nantes a su défendre

Nicolas Pallois a rendu une bonne copie (Anthony Dibon/Icon Sport).

Dimanche contre le RC Lens, les Canaris se sont rassurés en défense. De quoi conforter le système à cinq d’Antoine Kombouaré.

« On a été capable de ne pas prendre de but face à une belle équipe de Lens, et c’est mérité. On fait un gros match défensif. » déclarait après le match Antoine Kombouaré. Tenus en échec par les Sang et Or à la Beaujoire ce dimanche, les Canaris ont réalisé leur premier clean sheet de la saison. Le symbole d’une sérénité défensive renouvelée, après de nombreux tâtonnements en début d’exercice.

La défense à cinq de retour.

Ces dernières semaines, Antoine Kombouaré avait voulu privilégier un système à quatre défenseurs, rompant avec ses principes de la saison dernière. Mais les contre-performances à Lorient et contre Qarabag l’ont contraint à revoir ses plans. Face à Lens, Andrei Girotto est descendu d’un cran et les Canaris ont retrouvé leurs repères.

Le pressing nantais (Prime Vidéo).

Sur les phases de pressing d’abord, les Jaunes ont tenté de se montrer plus agressifs qu’à l’accoutumée. Pedro Chirivella, très mobile dans l’entrejeu, l’a bien incarné. Mais cette ambition a démontré quelques limites : à défaut d’exceller à la récupération, les Nantais ont au moins coupé quelques uns des circuits lensois les plus évidents. En cause probablement, la fatigue de l’enchaînement des matches.

Davantage de repères derrière.

Plus bas sur le terrain, en revanche, les défenseurs nantais ont parfaitement ajusté leur positionnement et leurs interventions. Dans l’axe, Andrei Girotto était placé de sorte à couvrir les sorties de Nicolas Pallois et de Jean-Charles Castelletto. Son intelligence de jeu, mais aussi ses qualités de relanceur ont fait le reste. On l’a vu efficace pour gérer les mouvements défensifs des siens et les transitions.

Nicolas Pallois sort et la défense nantaise se replace en conséquence (Prime Vidéo).

En début de partie pourtant, quelques ballons emmenés dans la profondeur ont mis à l’épreuve l’arrière-garde nantaise. Grâce à l’efficacité et à la justesse d’Andrei Girotto, les Jaunes ont su s’adapter à ce défi. Quentin Merlin et Dennis Appiah, eux, ont fourni les efforts nécessaires pour former une ligne de quatre joueurs hermétiques lorsque l’un des axiaux pressait plus haut.

Une solidité à confirmer.

Après la trêve, les Canaris devront coupler cette solidité à davantage de réalisme à l’offensive. À commencer par l’Europe, face à Fribourg, une équipe avide de possession et de maîtrise qui joue haut sur le terrain. En Ligue 1 aussi, le FCN aura fort à faire pour endiguer les velléités offensives de l’AS Monaco ou du Stade Rennais.

Mathis Beautrais.

Articles similaires