FC Nantes : Coco Suaudeau sur Landreau « Il inspirait confiance »

FC Nantes : Coco Suaudeau sur Landreau « Il inspirait confiance »
Landreau lors de sa première saison avec les professionnels (FC Nantes)

À l’occasion de la série de Canal+ « Ados Stars », Mickaël Landreau est revenu sur ses débuts précoces en Ligue 1, avec la participation de Coco Suaudeau.

Un soir d’octobre 1996, un jeune gardien de 17 ans fait ses débuts contre Bastia. Mickaël Landreau s’illustre ce soir là en arrêtant un pénalty (qu’il a lui même provoqué). S’ensuivra une carrière exemplaire conclue en 2014 avec le record du plus grand nombre de matchs en Ligue 1 à la clé (618 matchs). 

Le match contre Bastia

Mickaël Landreau et Jean-Claude Suaudeau sont revenus sur le contexte de cette titularisation inattendue. Mickaël Landreau lance : « Dominique Casagrande se blesse et Éric Loussouarn fait des contre-performances, donc Coco Suaudeau me lance. » 

Jean-Claude Suaudeau ajoute : « Ca m’a amené à l’emmener à Bastia quoi, mais c’était pas un cadeau que je lui faisais. Mais vraiment lui, il donnait confiance, il inspirait confiance. » 

Si le coach Nantais a fait preuve d’audace en faisant confiance à un si jeune gardien, il faut dire que Mickaël Landreau impressionnait par sa maturité malgré son jeune âge. 

Calme et confiance

Très vite sous le feu des projecteurs, le natif de Machecoul ne perd pas le nord et reste lucide. « J’étais lucide sur ce qu’il m’arrivait, j’étais heureux de le vivre et j’étais déjà dans une forme de compétition, d’exigence. J’avais envie de durer au plus haut niveau. » 

Un calme et une confiance qui s’illustre par une anecdote que son père partage sur la signature de son premier contrat professionnel : « Tout le gratin, Suaudeau, Budzinski étaient là dont le président. (…) Mickaël dit « je ne signe pas 4 et 5 (ans), je signe 3. » » Le président de l’époque, Jean-René Toumelin déclare « Vous voyez ce gamin, vous ne le mènerez pas en bateau. » 

Une histoire qui pourrait inspirer les jeunes gardiens du FC Nantes tel que Valentino Lesieur, Tom Mabon ou Lucas Bonelli entre autres, à suivre pourquoi pas, le même chemin. 

Hugo B.

Articles similaires