Marcus Coco raconte son bref échange avec Emmanuel Macron lors de la finale

Marcus-coco-fc-nantes
Marcus COCO du FC Nantes (Photo Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport)

En interview pour Cadré de Free, Marcus Coco est revenu sur ses rencontres avec le président Emmanuel Macron et Antoine Kombouaré.

La pétillante journaliste Emilie Ros a fait un retour, comme à son habitude avec humour, sur la carrière d’un des Canaris dans Cadré de Free. Marcus Coco, l’invité du jour, a raconté sa rencontre  avec le président Emmanuel Macron sur le terrain juste avant le coup d’envoi de la finale.

  • T’as quand même serré la paluche du président Macron ! Qu’est-ce qu’il t’a dit ? Il t’a demandé si t’avais voté pour lui ?
  • Non, il m’a dit « bon match » et j’étais à deux doigts de lui demander de prendre soin du pays.
  • Oooh ! Ça aurait été beau. 
  • Oui, je n’ai pas osé mais ça m’a traversé l’esprit.
  • Tu aurais pu aussi lui demander une réduction d’impôts. Hé, c’est le moment ! 
  • Oui mais prendre soin du pays, c’est le plus important. On est patriotes.

Cette victoire en Coupe de France a signé une très belle saison pour le FC Nantes décrite comme « Méga Top ! » de la part de Marcus Coco mais pas « parfaite ». « Il manque quelques places en Ligue 1 pour qu’elle soit parfaite, quelques places au-dessus, ça l’aurait fait. »

    • La bonne nouvelle c’est que Nantes va jouer l’Europa League la saison prochaine. Est-ce que c’est vraiment une bonne nouvelle ? Parce que ça fait des matches en plus, ça fait des déplacements. Est-ce que ça serait pas un peu relou cette affaire ? 
    • Je pense qu’on tirera la conclusion après. Mais là, pour le club et pour la ville, c’est quelque chose de très bien et ça nous fait plaisir de faire vivre ça à tout le monde. 
    • Et ça tombe le jeudi soir. Tu avais peut-être d’autres trucs à faire le jeudi soir ? Il y a « Envoyé Spécial » avec Élise Lucet ! 
    • Non je n’ai rien de prévu le jeudi soir donc ça va. J’ai ma soirée de libre.

La rencontre avec Antoine Kombouaré.

Marcus Coco arrive à Guingamp en 2013 et rencontre pour la première fois le coach kanak. Une rencontre qui a marqué le Canari.

  • Tu as rapidement réalisé tes premiers pas en Ligue 1 et tu vas rencontrer Antoine Kombouaré. Quelle a été ta première impression sur lui ? 
  • Ma première impression c’était « Ah ! Il a entrainé le PSG ». C’était ça ma première impression. Il est arrivé, il est resté humble, toujours, et ça s’est bien passé. Ça s’est un peu mal fini par rapport aux résultats. Et là il arrive à Nantes où ça se passe mal et il fait l’inverse. 
  • Est-ce que tu t’es déjà dit « Mais qu’est-ce qu’il raconte celui-là, c’est pas avec ce type là que je vais gagner un trophée ? »
  • Oui des fois. Quand on a gagné contre Paris, il a dit à la causerie : « On peut gagner 3 ou 4-0 ». Tout le monde a dit « Quoi ? ». Et au final on gagne 3-1. Des fois il dit des choses mais en fait ça nous pousse à nous dépasser.

Morgan Lavergne. 

Articles similaires