FC Nantes : Nicolas Pallois revient sur son but contre-son-camp

Nicolas Pallois a vécu une soirée difficile (Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport).

Au micro de Presse Océan, Nicolas Pallois est revenu sur la prestation nantaise face à l’OM (2-1). Avec des regrets.

Nantes méritait mieux, hier, mais s’est vu sanctionner son manque d’efficacité dans les deux surfaces. Comme Dennis Appiah au coup de sifflet final, Nicolas Pallois s’est dit frustré. « On a fait un bon match mais on n’a pas été assez tueurs devant. On s’est créé des occasions mais il faut les mettre. » a-t-il poursuivi. Il a également assumé sans tergiverser sa responsabilité dans cette défaite.

« Si tu ne défends pas, tu ne fais pas de connerie. » – N. Pallois après OM – FCN (2-1).

À huit minutes du terme de la rencontre, alors que Nantes peut encore l’emporter suite à l’égalisation de Ludovic Blas sur penalty, les Marseillais continuent à mettre sous pression la défense ligérienne. « Ça part d’une touche. On est un de plus mais dès le départ on n’est pas au marquage. Il y en a un qui frappe, je la contre. Le ballon monte, il y a un duel avec Suarez et voilà. »

Un scénario au goût amer.

Pourtant, sur l’action, le défenseur nantais avait semblé prendre la mesure du danger. Sa tête piquée avait clairement pour but d’écarter la tension, mais le rebond a été fatal. Suffisant pour faire d’une tentative non-cadrée un but décisif. « C’est dommage, je la mets dans le but alors que je pense qu’il n’y a personne derrière. C’est comme ça, c’est le jeu. »

« On aurait pu prendre au moins un point. Je pense même qu’il y en avait plus à prendre. »

Outre ce but malheureux, Nicolas Pallois n’a pas vécu une soirée très sereine. D’abord éprouvé par un remuant Alexis Sanchez, il s’est rassuré après un quart d’heure de jeu. Après la pause, il a semblé dépassé et parfois en retard, comme sur le but de Chancel Mbemba. Mais tout n’est pas à jeter selon le défenseur. « Je pense que peu d’équipes viendront faire un match comme celui qu’on a fait à Marseille » a-t-il conclu.

– Propos retranscrits depuis Presse Océan.

Mathis Beautrais.

Articles similaires