Nicolas Pallois : « Sur le 3e but, il intercepte ma passe, je suis fautif »

nicolas-pallois-fc-nantes
Nicolas PALLOIS du FC Nantes (Photo Baptiste Fernandez/Icon Sport)

En interview pour Ouest France, Nicolas Pallois s’est exprimé sur la nouvelle défaite nantaise à l’extérieur. Dennis Appiah l’a rejoint.

Noté 4/10 par l’Équipe et 4,5/10 par Ouest France, Nicolas Pallois n’a rien pu faire face aux offensives lorientaises. Fautif personnellement sur l’un des buts, le Canari déplore des erreurs facilement évitables.

« C’est difficile de gagner un match quand on prend trois buts. Il y a un manque de concentration et d’agressivité. Dans les duels, on n’y était pas, les mecs prenaient le ballon et ils couraient 50 mètres avec… Sur le 3e but, il intercepte ma passe, je suis fautif. C’est dommage surtout qu’on défendait plutôt pas mal. Après, le coup franc, c’est le football. Sur le 2e, il part côté droit, il repique, il n’y a personne qui met le pied… Il n’y a rien d’urgent. Si on n’est pas loin de la zone rouge ? Mais il n’y a que sept matches. Ce n’est pas urgent, après, il faut faire attention et gagner à domicile. » – Nicolas Pallois pour Ouest France

Noté 3/10 par les deux médias, Dennis Appiah rejoint les explications de l’ancien capitaine du FC Nantes et n’avoue ne pas être inquiet après la perte de ces trois points.

« Cela a été dur. Eux ont été à leur niveau, pas nous. On a vu la différence, c’est ça qui est problématique. Nous, à la base, si on ne gagne pas nos duels, c’est compliqué. Ils ont été meilleurs. On a été en difficulté dans les un contre un. Moi, de mon côté, cela a été compliqué, il (Ouattara, ndlr) est passé plusieurs fois. En deuxième période, on a perdu le fil. En perdant le ballon trop vite, nos lignes étaient étirées. Ils en ont profité pour mettre le feu avec le stade, gagnant en confiance. Si je suis inquiet ? Non, ce n’est pas de l’inquiétude mais, forcément, on aimerait avoir plus de points. Six points après sept journées, ce n’est pas assez. Il faut remporter des matches pour se donner un peu d’air et regagner de la confiance. » – Dennis Appiah pour Ouest France

Morgan Lavergne.

Articles similaires