Kakuta, Hwang, Bouanga : les dessous d’un énième mercato nantais compliqué

(Photo par Baptiste Fernandez, OneFootball / Icon Sport)

À quelques jours de la fermeture du mercato, cela devient urgent, Nantes doit recruter. Retour sur ces transferts avortés.

Deux recrues en attaque, est-ce suffisant ? Toujours à la recherche de pistes offensives, la direction des Canaris a tenté sa chance dans de nombreux dossiers, dont une partie importante en Ligue 1. Plusieurs joueurs, décris comme priorités d’Antoine Kombouaré, ont finalement vu leur transfert ne pas avoir lieu pour des raisons financières ou pour des conditions imposées par le club dans le transfert. Pour rappel, les Nantais n’ont dépensé que 2,25 millions d’euros depuis le début du mercato. Deux millions dans le transfert de Moussa Sissoko, et 250.000 dans le prêt de Mostafa Mohamed.

Des joueurs « trop » chers ?

C’est ce qui est souvent ressorti lorsque les pistes se sont vues finalement être abandonnées. La somme déboursée pour se procurer le joueur jugée trop importante par la famille Kita, la piste tombe ainsi aux oubliettes.

Pour Zinédine Ferhat, le FC Nantes avait fait une offre que le joueur a considéré comme insuffisante. Ce couac financier permettra à Alanyaspor de satisfaire les envies du joueur, et ainsi le faire venir en Turquie.

Pour Ignatius Ganago, une offre a également été transmise à la direction lensoise, mais cette dernière a été jugée insuffisante par les dirigeants des Sang-et-Or. Aujourd’hui, il serait proche d’un accord avec l’Olympiakos.

Aussi, Nantes s’était renseigné sur Denis Bouanga en début de mercato. Mais la piste, d’un point de vue financier (huit millions d’euros) ne serait pas abordable, mais aussi à cause de la forte concurrence sur le dossier. Il s’est depuis engagé à Los Angeles FC, en MLS.

Des intermédiaires problématiques

Pour le dossier plein de rebondissement de Hwang Ui-Jo, c’est ce qui avait fini par fatiguer la famille du joueur, et mettre fin aux discussions. Les discussions pour faire venir le Sud-coréen, aujourd’hui pisté par de nombreux clubs, semblent être au point mort…

Avec Gaël Kakuta, même problème, les nombreux intermédiaires imposés par le club ont refroidi le RC Lens, et notamment l’appel de Mogi Bayat à la direction lensoise.

Nicolas G.

Articles similaires