FC Nantes : l’histoire du stade de la Beaujoire

La Beaujoire fêtera ses 40 ans en 2024 (Franco Arland/Icon Sport).

40 ans après le début de sa construction, le stade de la Beaujoire renferme les souvenirs des plus grandes heures du FC Nantes. Récit.

Il y a 40 ans quasiment jour pour jour, le 21 juin 1982, le conseil municipal actait la construction d’un nouveau stade à Nantes. C’est le début de l’un des projets les plus importants de l’histoire du sport nantais. Après 47 ans de bons et loyaux services, le stade Marcel Saupin ne répond plus aux besoins de Canaris qui viennent de conquérir leur sixième titre de champion de France.

L’Euro 84 en ligne de mire, la municipalité se tourne alors vers une ancienne zone ouvrière située sur les bords de l’Erdre. Au mois d’octobre, les travaux débutent, pour un coût total évalué à 100 millions de francs. Seize mois plus tard, l’enceinte flambant neuve est livrée et les Jaune et Vert font leurs adieux à Marcel Saupin.

– INA : construction du stade de la Beaujoire, il faisait l’unanimité malgré son coût.

Les débuts.

En mai 1984, le FC Nantes découvre sa nouvelle antre pour un match amical perdu face à la sélection roumaine (0-1). Plusieurs rencontres de l’Euro s’y tiennent l’été suivant et les Bleus, futurs vainqueurs, triomphent notamment de la Belgique (5-0). En août, les Canaris de Coco Suaudeau reçoivent Toulon en ouverture de la saison de championnat (3-1).

C’est en 1995 que la Beaujoire, rebaptisée en l’honneur de l’initiateur du projet Louis Fonteneau, fête le premier succès national de son histoire. La saison suivante, le FC Nantes y reçoit la Juventus Turin, pour une demi-finale de Ligue des Champions qui restera dans les annales. En 1998, le stade est de nouveau sollicité pour accueillir la Coupe du Monde. Rénovée pour l’occasion, la Beaujoire verra se dérouler six rencontres.

Les grandes soirées depuis 2000.

Les années 2000 verront la Beaujoire vivre au rythme des performances contrastées de son équipe, sans pour autant perdre son ambiance mythique instituée au fil des années par la Brigade Loire. S’y tiendront également d’autres événements : un huitième de finale de coupe de France entre l’OM et les amateurs de Carquefou en 2008, ou encore deux concerts de Johnny Hallyday en 2009, puis 2012.

En mai 2013, la remontée en Ligue 1 fait basculer les tribunes – et la pelouse – dans une autre dimension. Depuis, et malgré quelques rénovations mineures, la Beaujoire est restée fidèle à elle-même et incarne à merveille l’identité du club qu’elle abrite. Elle accueillera l’année prochaine l’Europa League et la Coupe du Monde de rugby.

Mathis Beautrais.

Articles similaires