FC Nantes – Nîmes, le match vu des tribunes

nantes-nimes-le-match-vu-des-tribunes
Malgré le stade quasi vide et un match terminé à 9, le FC Nantes s’impose 2 – 1 (@Pictures_lc)

Un membre de notre rédaction a eu la chance de pouvoir assister à la rencontre face à Nîmes aujourd’hui en Tribune Loire, voici son ressenti concernant l’ambiance si particulière de cet après-midi.

Une ambiance timide

Malgré les 5.000 spectateurs, l’ambiance au sein de la Beaujoire est restée très timide tout au long de la rencontre. Dès l’entrée au stade, ce dernier paraissait totalement vidé de ses supporters. Le port du masque et le respect des gestes barrières étaient exigés, ainsi que l’usage de gel hydroalcoolique, mis à disposition par le club. La position assise pour les personnes présentes en Tribune Loire était exigée. Dès le début de la rencontre, quelques supporters en Tribune Loire entamèrent des chants à la gloire du FC Nantes, suivis par le reste de la tribune.

A lire aussi : Sébastien Corchia : le nouveau latéral fait du bien au FCN

Des gestes barrières pas toujours respectés

Malgré le protocole mis en place, certains dissidents ont osé braver les interdits, en se levant en Tribune Loire. Mais les stadiers étaient là pour rectifier ce comportement “à risque” de certains supporters. Les stadiers ont également dû intervenir auprès de certaines personnes, pour le non-port du masque. Lors des 2 buts inscrits par les nantais lors de la rencontre, le public se leva comme un seul homme, bravant donc pour quelques secondes les interdits mis en place par la direction du FC Nantes. Certains, excédés par cette non-flexibilité des stadiers, lancèrent donc un chant humoristique repris sur un air utilisé habituellement par la Brigade Loire, en remplaçant la phrase “qui ne saute pas n’est pas en nantais”, par “qui n’est pas assis n’est pas nantais”.
A la fin de la rencontre, toute la Tribune s’est dirigé au plus proche du terrain pour saluer les joueurs, victorieux sur le fil (2 – 1, 2 cartons rouges distribués pour les canaris), bravant donc une seconde fois les interdits.

A lire aussi : FCN-PSG: Sans Pallois, la défense nantaise peut-t-elle tenir le choc face au PSG ?

Dans l’ensemble, les gestes barrières imposés par le FC Nantes ont été respecté à l’exception de quelques personnes. A noter, toutes les places mises à disposition des abonnés et du grand public (3.700 places) n’étaient pas vendus, sûrement dû à la situation sanitaire ainsi qu’à l’adversaire, qui n’était pas des plus prestigieux.

Nicolas G.

Articles similaires