Lutte contre l’homophobie : où en sommes-nous en Ligue 1 ?

Olympique_lyonnais_fc_nantes
L’OL face au FCN lors de la 37e journée de L1 (Photo : Romain Biard/Icon Sport)

Alors que la nouvelle coupe de cheveux d’Antoine Griezmann spéciale « lutte contre l’homophobie » fait débat, où en sommes-nous en France ?

Hier, Antoine Griezmann (Atletico Madrid) a dévoilé dans la journée sa nouvelle coupe de cheveux « arc-en-ciel », en soutien à la communauté LGBT. Une coiffure qui aura fait réagir beaucoup de personnes, des commentaires positifs comme négatifs.

Sujet encore tabou en France ?

Si il y a quelques mois en Angleterre, le footballeur pro Jake Daniels (Championship, Ang) a fait son coming out, ça n’est pour le moment encore jamais arrivé en Ligue 1 (comme en Ligue 2). Au contraire, le sujet semble encore tabou dans les championnats français, à l’exemple du milieu de terrain du Paris SG Gana Gueye, qui avait refusé de jouer à Montpellier pour éviter de porter le maillot floqué aux couleurs arc-en-ciel.

Yoann Lemaire, premier footballeur amateur à révéler son homosexualité en France, a été interviewé par Eurosport il y a quelques semaines à ce sujet : « L’Angleterre a une politique plus inclusive, Je prends un exemple : à Arsenal, il existe un groupe de supporters qui s’appelle « les gays Gunners ». Ils sont plus de 500. En France, ça n’existe pas. L’Angleterre a beaucoup d’avance ». 

Bertrand Lambert, président d’un club ouvert à la diversité (PanamBoyz & Girlz United), va plus loin : « C’est le sport du virilisme exacerbé. Il faut être un vrai mec pour être un vrai joueur et donc, il ne faut pas être gay. Voilà les clichés qui sont véhiculés dans le foot. »

Il est vrai qu’en France, contrairement au rugby, le sujet reste encore très sensible au football. Paul Bernardoni, gardien de l’AS Saint-Etienne la saison dernière, l’avait affirmé : « C’est une vérité, dans le football il est très difficile d’affirmer son homosexualité, comme c’est aussi le cas dans la société. Je soutiens les messages de sensibilisation, et il faut même aller plus loin dans notre volonté de changement en donnant vraiment confiance à ceux qui ont besoin qu’on les accepte tels qu’ils sont. S’ils n’osent pas, c’est parce qu’ils sentent quelque part que leur environnement de vie n’est pas prêt à l’accepter. C’est ça qui me touche le plus ! ».

Les conditions sont-elles réunies à présent pour un premier coming out dans le football français professionnel ?

Bastien Chauvin.

Articles similaires