Quel est le meilleur (et le pire) président que le FC Nantes ait connu ?

Waldemar-Kita-président-à-la-gestion-parfois-jugée-comme-frauduleuse
Waldemar Kita, président à la gestion parfois jugée frauduleuse. (@ButFootballClub)

Au cours de son histoire, le FC Nantes a vu se succéder 14 entraîneurs différents. Certains, plus que d’autres, ont marqué l’histoire du club, En bien, comme en mal. Tribune Nantaise vous propose de revenir sur ces hommes qui ont forgé l’identité FC Nantes.

Des débuts houleux pour le FC Nantes (1943-1959)

“La volonté de créer un club professionnel à Nantes était dans l’air.”

Le 21 avril 1943 marque un jour historique pour le FC Nantes : le club voit officiellement le jour à la suite d’une réunion entre dirigeants de 5 clubs de football du pays nantais: l’ASO Nantaise, La Mellinet, le Stade Nantais UC, la Saint-Pierre et l’AC Batignolles. Pierre Lautrey, alors président de la Saint-Pierre, raconte : “La volonté de créer un club professionnel à Nantes était dans l’air.[…] A l’époque il était difficile de s’imaginer que l’aventure durerait cinquante ans.” A l’issue de cette réunion, les 5 clubs décident de s’allier, le Football Club de Nantes est né. Dans un premier temps, c’est Marcel Braud, alors également président de la Saint-Pierre, qui prendra les rênes du club. Il ne restera même pas une année au poste de dirigeant du FC Nantes. Il laissera ensuite sa place à Marcel Saupin, qui donnera par ailleurs son nom au stade dans lequel les Canaris ont évolué de 1965 à 1984 (anciennement stade Malakoff).

Favorisé par sa fortune et ses contacts privilégiés avec les allemands (car oui, le FC Nantes fût créé durant la Seconde Guerre Mondiale, plus d’infos ici), Jean Le Guillou sera nommé président du comité sportif du FCN. Marcel Saupin présidera le club de sa ville natale 11 années durant, avant de laisser sa place à Jean Le Guillou, qui avait quitté le club afin de s’exiler en Suisse, en 1945. Jean Le Guillou restera 3 années à la tête du FC Nantes, soit jusqu’en 1958, avant que Charles Stefan, président à la gestion catastrophique, ne prenne sa place pour une année seulement.

A lire aussi : Nantes - PSG : quelle défense face aux champions de France ?

Les années d’or du FC Nantes (1959-2001)

Jean Clerfeuille, homme d’affaires nantais, se charge de la direction du FC Nantes; c’est notamment lui qui recrutera en 1960 José Arribas, sûrement l’entraîneur le plus emblématique que le FC Nantes ait connu, créateur du fameux jeu à la nantaise. Grâce à Jean Clerfeuille, le FC Nantes accède pour la première fois de son histoire à la première division du championnat français. Puis, 3 ans plus tard, le club remportera son premier trophée, en finissant 1er du championnat de France. Une excellente performance des Canaris, d’autant plus que les jaunes et verts s’offriront un second titre la saison qui suit, en 1966. Critiqué pour sa gestion jugée mauvaise, Louis Fonteneau le remplacera, en 1969. Louis Fonteneau est sans aucun doute le président le plus emblématique que le FC Nantes ait connu. Ce dernier a siégé à la tête du FC Nantes durant 17 années, en remportant 4 championnats (1973, 1977, 1980, 1983), ainsi que l’une des 3 coupes de France du FC Nantes (1979). Louis Fonteneau sera même le nom qui complétera celui du stade de la Beaujoire, inauguré en 1984 (Stade de la Beaujoire – Louis Fonteneau). Cela nous ramène donc à une moyenne d’un trophée remporté tous les 3 ans par le FC Nantes sous sa présidence.

Louis-Fonteneau-président-du-fcnantes-de-1969-à-1986
Louis Fonteneau, président du FC Nantes de 1969 à 1986. (@So Foot)

Mais le club connaîtra une période creuse à la suite du départ de Louis Fonteneau à partir de 1986. En effet, Max Bouyer remplacera ce dernier, mais sa gestion du club sera plus que catastrophique. Il est tenu pour responsable des départs de Michel Der Zakarian et de Didier Deschamps (respectivement 1988 et 1989). Le club terminera à de tristes 12e et 10e places en 1987 et 1988, puis à la 15e place en 1990. Pour cause d’un déficit de plus de 60 millions de francs, la DNCG (Direction Nationale du Contrôle de Gestion) relègue le club en seconde division, mais le FC Nantes est sauvé in-extremis par un plan de sauvetage mis en place par la région et la mairie. Du fait de ces très gros problèmes (financiers comme sportifs), Max Bouyer est contraint de démissionner en 1992. Ce dernier perdra tragiquement la vie dans un crash d’avion, deux ans plus tard. Guy Scherrer, alors président directeur général de l’entreprise Biscuiterie Nantaise, se propose pour reprendre les rênes du club. C’est notamment sous sa présidence que le FC Nantes effectuera son meilleur parcours européen, lors de la saison 1995/96, se hissant jusqu’en demi-finale de ligue des champions. La Juventus mettra fin au rêve des Canaris aux portes de la finale (3-4 scores cumulés). C’est également cette année-là que le club remportera son 7e championnat de France. Après un début de saison 1996/97 catastrophique (0 victoire lors des 10 premiers matchs), Guy Scherrer démissionnera et cédera sa place à Jean-René Toumelin. Beaucoup de joueurs seront vendus, au gré du président lui-même. Sortant également d’une crise sportive, le nouveau président ne restera que 2 saisons (1996/98) à son poste. Kléber Bobin le remplacera. Sous ses 3 années de présidence, le FC Nantes remportera 3 trophées : la coupe de France en 1999 et 2000, ainsi que leur dernier championnat, en 2001.

A lire aussi : Mbappé avant Nantes - PSG "Quand vous jouez tous les deux ou trois jours, ça reste difficile"

La descente aux enfers (2001-2020)

C’est à la suite du départ de Kléber Bobin que le FC Nantes débutera sa régression, et ce, jusqu’aujourd’hui encore. Jean-Luc Gripond reprendra le flambeau en 2001 et le gardera jusqu’en 2005. Les Canaris ne connaîtront qu’une finale durant ces 4 années ; de coupe de la ligue ; perdue face à Sochaux Montbélliard en 2004, s’inclinant aux tirs au but (1-1, 4-5 tab). Rudi Roussillon écarte Kléber Bobin de son poste et le remplace durant 2 années, soit jusqu’en 2007, avant l’arrivée de Waldemar Kita. La suite, vous la connaissez déjà : relégation en seconde division, gestion du club très controversée, agents frauduleux… Bref, 13 ans plus tard, la famille Kita est toujours aux commandes du FC Nantes, Waldemar ayant passé le flambeau à son fils, Franck Kita, en 2020. Franck Kita n’est pas reconnu officiellement comme président mais comme directeur général. Néanmoins, c’est lui qui traite des sujets tels que le mercato ou bien encore la gestion du club.  A noter que, le FC Nantes avait été mis en vente par Waldemar Kita en été 2019. Le club avait même trouvé un repreneur, mais la situation de ce dernier avait été jugée comme pas assez claire pour pouvoir parvenir à une vente.

A lire aussi : Sébastien Corchia testé positif au coronavirus
Franck-Kita-fils-de-Waldemar-Kita-repreneur-du-fc-nantes-en-2020
Franck Kita, fils de Waldemar Kita, repreneur du FC Nantes en 2020 (@20 minutes, Sébastien SALOM-GOMIS)

Voici le récapitulatif des présidents que le FC Nantes ait connu :

  • Marcel Saupin (1944-1955)
  • Jean Le Guillou (1955-1958)
  • Charles Stefan (1958-1959)
  • Jean Clerfeuille (1959-1969)
  • Louis Fonteneau (1969-1986)
  • Max Bouyer (1986-1992)
  • Guy Scherrer (1992-1996)
  • Jean-René Toumelin (1996-1998)
  • Kléber Bobin (1998-2001)
  • Jean-Luc Gripond (2001-2005)
  • Rudi Roussillon (2005-2007)
  • Waldemar Kita (2007-2020)
  • Franck Kita (2020-….)

Merci Beaucoup au site internet Mémoires Canaris pour ces précieuses informations concernant la création du FC Nantes, informations sans lesquelles cet article n’aurait jamais pu voir le jour.

Nicolas G.

Articles similaires