AccueilActus« Sergio Conceição a fait beaucoup de mal au club » :...

« Sergio Conceição a fait beaucoup de mal au club » : Philippe Laurent, le « Monsieur musée » du FC Nantes

Pour Ouest France, Philippe Laurent, salarié du FC Nantes pendant près de 30 ans, a confié quelques unes de ses anecdotes sur le club.

C’est un récent retraité qui a pris la parole dans le journal Ouest France, un homme qui connait bien la maison, lui qui a passé pas moins de 27 années au club. Il y occupe d’abord un poste d’attaché commercial de 1996 à 2015, avant de prendre en charge le projet de musée du FC Nantes, qui ne devrait pas tarder, selon ses confessions, à voir le jour.

L’ancien joueur amateur avoue d’abord sa fierté quant à la future pièce maîtresse du musée des Jaune-et-Vert :
« Le moulage en plâtre de la jambe droite d’Henri Michel. Toutes générations confondues, c’est le joueur emblématique du club. Un an après le décès d’Henri Michel, en avril 2019, je reçois un mail d’un Monsieur qui me dit qu’il a chez lui à Saint-Nazaire le moulage d’une jambe de footballeur. Je pense que ça peut vous intéresser me dit-il. Celui qui rénovait m’a annoncé qu’on allait avoir l’ADN car il y a des poils d’Henri Michel. C’est un truc de fou. »
Au FC Nantes, n’est pas une légende qui veut, mais Henri Michel en est incontesablement une. Avec plus de 640 matches disputés dans la tunique Jaune-et-Verte, celui qui évoluait en tant que milieu de terrain a réussi à se hisser à la deuxième place des Nantais les plus capés, derrière Jean-Paul Bertrand-Demanes. Un joueur que Philippe Laurent considère également comme le plus marquant qu’il n’ait jamais rencontré.

Philippe Laurent a également eu l’occasion de révéler les personnages les plus sympathiques, mais également détestables passés au club lors de ces 3 décennies.
« Il y en a un avec qui j’ai beaucoup de contacts, c’est Loïc Guillon. C’est un mec qui a les pieds sur terre, structuré, intelligent et adorable. »
« Celui qui m’a gonflé le plus et qui a fait beaucoup de mal au club contrairement à ce qu’on peut penser, c’est Sergio Conceição. Il détestait que quelqu’un autre que lui ne côtoie ses joueurs. C’était le plus antipathique. Je ne parle pas de foot, mais de gestion humaine. »

« Guy Roland Ndy Assembe dansait comme un dieu. »

Enfin, dans la catégorie des anecdotes, celui qui décrit la disparition d’Emiliano Sala comme « une douleur atroce », est revenu sur la plus grande fête qu’il ait connu en tant que salarié au club :
« C’est la dernière fois qu’on a fait une soirée de fin de saison entre tous les salariés, joueurs y compris, et leurs conjoints. C’était du temps de Jean-Luc Gripond. On dansait la Carioca et du Mickael Jackson. Guy Roland Ndy Assembe dansait comme un dieu. Et comme Gripond était là, Guy Ro l’invite, il rentre son pantalon dans les chaussettes blanches et lui met un chapeau. Il a ensuite dansé avec lui sur scène. Cela illustrait l’osmose entre le sportif et l’administratif. On faisait tous partie de la maison, ce n’est plus comme ça maintenant. »

Dernières news

Prochain match

La rédaction vous conseille