« Je me sens trahi », Fabien Centonze se lâche après son transfert avorté au FC Nantes

Fabien-centonze-pedro-chirivella
Fabien Centonze face au FC Nantes en août 2021 (Photo : Eddy Lemaistre/Icon Sport)

Désireux de rejoindre le FC Nantes cet été, Fabien Centonze avait finalement été retenu par le FC Metz. Interviewé par Foot Mercato, il a confié se sentir « trahi » par son club.

« J’avais une offre ferme du FC Nantes, j’ai 26 ans, je n’ai plus de temps à perdre et je voulais y aller »

Ce n’est pas un secret, le FC Nantes désirait s’attacher les services du latéral du FC Metz cet été. Malgré l’intérêt du joueur, le transfert avait finalement été bloqué par la direction du club mosellan. Visiblement en colère après ses dirigeants, Fabien Centonze s’est exprimé à ce sujet pour le média Foot Mercato.

La phrase de trop.

Après la pique lancée par son coach László Bölöni en conférence de presse, Fabien Centonze ne pouvait rester sans réagir. En effet, le tacticien roumain s’est montré très ferme quant au comportement que doit adopter son latéral droit :

« Je crois qu’il a choisi une mauvaise façon d’exprimer son mécontentement. Il est un joueur du FC Metz et il doit faire ce que le club lui demande. Il a signé un contrat pour ça. »

Un mécontentement justifié.

Selon le joueur, le principal problème serait une promesse non tenue par sa direction. Les dirigeants messins lui avaient assuré qu’il serait libre de partir en cas d’une offre intéressante pour lui sur le plan sportif :

« Quand j’ai signé à Metz, le président m’avait dit que si un jour un club venait me chercher et que le projet sportif me convenait, il me laisserait partir. »

Déjà touché psychologiquement par ce changement de position de la présidence du FC Metz, Fabien Centonze a logiquement eu beaucoup de mal à accepter les récentes critiques de son coach :

« Je suis humain, entier, alors forcément quand je lis la déclaration du coach à mon sujet, je ne peux pas rester silencieux.»

L’intérêt était réciproque avec le FC Nantes.

Alors que les Canaris souhaitaient absolument se renforcer au poste de latéral droit, Fabien Centonze n’était pas insensible à l’intérêt porté par le club Jaune-et-Vert. Il peine à se remettre de la décision de son club, qu’il considère comme une trahison.

Arrivé à Metz en 2019, le défenseur français souhaitait passer un cap dans sa carrière. L’offre de Nantes tombait donc à point nommé, d’où sa volonté claire de rejoindre le club ligérien :

« Je sais ce que le club m’a apporté. Mais là je me sens trahi par la direction et je veux rétablir certaines vérités. Le club et en particulier le président Bernard Serin et le directeur sportif Pierre Dréossi n’ont pas respecté leur parole à mon sujet. J’avais une offre ferme du FC Nantes, j’ai 26 ans, je n’ai plus de temps à perdre et je voulais y aller. C’est normal d’être déçu.»

Une déception tout à fait justifiée : alors qu’il s’imaginait déjà jouer l’Europa League sous la tunique Jaune-et-Verte, Fabien Centonze devra se contenter des pelouses de Ligue 2… pour le moment.

Jules Poupin.

Articles similaires