Emiliano Sala : deux ans déjà

emiliano-sal-deux-2-ans-deja-hommage-fc-nantes-
Emiliano Sala face à Amiens (Arnaud Duret)

À l’aube de ce 21 janvier 2021, cela fait maintenant deux ans qu’Emiliano Sala nous a quitté. La rédaction de Tribune Nantaise a tenu à s’associer pour lui rendre un nouvel hommage. Retour sur son parcours.

Emiliano était un battant, un guerrier, un homme de cœur, que ce soit sur ou hors du terrain. Il a marqué le club, les supporters, les Nantais. Cela fait maintenant deux ans qu’il nous a quitté, deux ans de recueillement et de pensées pour lui et sa famille. La rédaction a décidé de rendre hommage une nouvelle fois à l’homme qu’était Emiliano Sala en retraçant son incroyable parcours.

Le commencement

Emiliano Sala est né le 31 octobre 1990 dans la commune de Cululu au nord-ouest de l’Argentine. Il grandit aux côtés de son père, sa mère et sa sœur cadette. Jeune, il joue pour plusieurs petites équipes de quartier ou il déborde déjà de “technique et […] de grandes aptitudes physiques […] il faisait à chaque fois la différence”, déclare un ami d’enfance.

emiliano-sala-deux-2-ans-deja-hommage-fc-nantes-
Emiliano Sala enfant (Canal+)

Après un aller-retour en Espagne, il s’installe en France en été 2010, intégrant la réserve des Girondins de Bordeaux. Afin de gagner en niveau et en maturité, Francis Gillot, alors entraîneur, le prête une année à l’US Orléans en National. Il s’impose alors rapidement comme titulaire indiscutable et surtout comme un des leaders du championnat. Son club terminera la saison huitième, à quatre points du podium. Emiliano, lui, finira co-meilleur buteur avec 19 buts inscrits.

“Un exemple pour tout joueur” (Nicolas Belvito sur Emiliano Sala)

Nicolas Belvito, ancien coéquipier du joueur, le décrit comme un “exemple pour tout joueur”. Il était un homme “d’un très grand professionnalisme”, “qui aimait aller vers les autres et apprendre à les connaître”.

emiliano-sal-deux-2-ans-deja-hommage-fc-nantes-
Emiliano Sala recevant le prix de meilleur joueur de l’US Orléans lors la saison 2012-2013 (Daniel Bedrunes)

À la fin de la saison, il est immédiatement prêté chez les Chamois Niortais et s’impose une nouvelle fois en tant que titulaire indiscutable. Disputant toutes les rencontres de la saison, il inscrit 21 buts toutes compétitions confondues, et finit quatrième meilleur buteur du championnat.

Après ces deux années en prêt, Willy Sagnol, alors tout juste entraîneur de Bordeaux, lui fait savoir qu’il compte sur lui pour la saison 2014-2015. Malgré les mots du tacticien, la concurrence avec le Malien, Cheick Diabaté, ne le fera jouer que quelques matchs à la mi-saison, inscrivant ainsi qu’un seul but.

“Il a marqué les esprits” (Supporter Bordelais sur Emiliano Sala)

Si ses performances n’ont pas impressionné son entraîneur, les supporters l’ont été. En effet, Zach, supporter bordelais depuis de nombreuses années, rapporte que “c’était un battant sur le terrain, personne ne pouvait lui enlever sa grinta. Il n’est pas resté très longtemps aux Girondins [mais] on a vu toute sa rage exploser quand le ballon rentrait dans les cages. […] Il a marqué les esprits, ça c’est clair”.

emiliano-sal-deux-2-ans-deja-hommage-fc-nantes-
Emiliano Sala sous le maillot bordelais (L’Equipe)

C’est alors qu’il part logiquement une nouvelle fois en prêt en Normandie, à Caen. Il déclenche son compteur de but dès sa première titularisation face au PSG. Sur une bonne lancée après quatre buts en trois matchs, il la voit s’arrêter après une rencontre manquée contre son ancien club, les Girondins de Bordeaux. Le SM Caen finit le championnat à la treizième place en étant la quatrième meilleure attaque de Ligue 1.

Après quelques mois en prêt dans le Calvados, il retrouve la Belle Endormie pour quelques jours avant de repartir en direction de Nantes. Il signe un contrat de cinq ans le 20 juillet 2015.

La suite vous la connaissez.. On pense à toi Emi.

Thomas P.

Articles similaires