Vincent Bessat : que devient t-il depuis son départ du FC Nantes en 2015 ?

vincent-bessat-que-devient-t-il-depuis-son-départ-du-fcn-en-2015
Vincent Bessat lors du match Nantes-Lyon en Coupe de France le 20 janvier 2015 (Georges Gobet)

Joueur emblématique du FC Nantes durant quatre saisons, Vincent Bessat a su briller sur le terrain autant en Ligue 2 qu’en Ligue 1. Retour sur un élément clé de la remontée en 2013.

Avant de jouer pour les jaunes et verts, Vincent Bessat a joué dans de nombreux clubs français. Formé au Toulouse FC, il rejoint en 2005 le CS Louhans-Cuiseaux, alors en National. Après deux années passées en Saône-et-Loire, il débarque dans le Grand Est au FC Metz tout juste promu en Ligue 1. Après une relégation et deux saisons en deuxième division, il quitte la Moselle pour s’installer dans le Nord Pas-de-Calais à l’US Boulogne. Son passage dans les Hauts-de-France sera de courte durée car après un an seulement, il s’engagera sur les bords de l’Erdre.

Son arrivée à Nantes

Officiellement Nantais le premier juillet 2011, Vincent Bessat débute son aventure sous les ordres de Landry Chauvin, qui sera limogé quelques mois plus tard. A la mi-saison, il marque son premier but nantais face à Amiens lors d’une victoire nette deux à zéro. Lors de ses deux premières saisons, le club n’est pas à son plus haut niveau et frôle même la relégation en national. Durant la saison 2012-2013, Michel Der Zakarian retrouve le poste d’entraîneur après trois années au Clermont-Foot. A la fin de cette saison, les Canaris terminent troisième derrière l’EA Guingamp et l’AS Monaco, premier. Cette remontée marque le début du renouveau pour le club.

Les deux saisons suivantes, le FC Nantes ne réussit aucun exploit, finissant treizième et quatorzième. Vincent Bessat a réussi à s’imposer comme un joueur cadre de l’effectif Nantais et à acquérir l’entière confiance du coach. Ses bonnes performances lui valent également d’être grandement apprécié par les supporters, un chant lui est même dédié.

Quand nous pensons à Vincent Bessat, nous pensons immédiatement à son triplé phénoménal. Un soir de janvier 2015, il avait envoyé les Canaris en 8e de finale de Coupe de France lors d’un match à rebondissements face à l’OL, qui au début de sa carrière lui avait fermé les portes après un essai non concluant. Une belle vengeance.

Après quatre belles années au club, il annonce son départ à l’été 2015. Son transfert est accompagné par celui de nombreux autres joueurs cadres qui avaient permis la remontée en Ligue 1 quelques saisons auparavant. Papy Djilobodji vers Chelsea, Jordan Veretout vers Aston Villa, Serge Gakpé vers Genoa ou encore Lucas Deaux vers la Gantoise.

L’après Nantes

Il rejoint donc le Stade Malherbe de Caen à l’été 2015 et enchaîne les matchs en tant qu’ailier gauche avant d’être replacé en tant qu’arrière. Durant ses deux premières saisons, il joue presque tous les matchs profitant des blessures fréquentes du latéral gauche “numéro 1”. Lors de sa troisième saison, sa place est remise en question suite à un renforcement d’effectif à son poste au mercato estival. Au bout de deux mois de compétition, il se blesse au mollet. Il sera indisponible durant plusieurs semaines et ratera de nombreux matchs par la suite dus à des récidives. Il quitte le club à la fin de la saison et de son contrat.

Il rejoint alors le club chypriote d’Anórthosis Famagouste où il sera titulaire indiscutable, jouant ainsi presque tous les matchs du championnat. Malgré son statut, il quitte le club à la fin de la saison pour rejoindre un autre club chypriote, l’Apollon Limassol, où évolue également son ancien coéquipier nantais, Serge Gakpé.

Il y jouera seulement deux matchs. En effet comme il le raconte lors d’une interview pour le club du FC Nantes, il n’a pas été inscrit sur la liste pour le championnat, la direction lui a alors “proposé de rester sans jouer”,  ce qu’il a refusé. Au mois de février, il a ainsi résilié son contrat et arrêté sa carrière, il ne prenait “plus de plaisir à jouer”.

Thomas P.

Articles similaires