AccueilActus« On fait un pas en avant, un pas en arrière », regrette Jocelyn...

« On fait un pas en avant, un pas en arrière », regrette Jocelyn Gourvennec avant OM – FC Nantes

En conférence de presse avant le voyage à Marseille, Jocelyn Gourvennec a insisté sur la nécessité d’être réguliers pour les Canaris.

Jocelyn Gourvennec était face aux médias ce vendredi 8 mars, pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match (déplacement à Marseille, ce dimanche à 20h45). Au-delà de dresser la liste des absents pour cette 25ème journée de Ligue 1, le technicien nantais s’est penché sur l’inquiétante situation du FC Nantes au classement.

« Les tensions viennent rajouter du trouble dans de telles périodes »

Si le bilan comptable des Jaune-et-Vert n’a rien de rassurant sur les dernières semaines, Jocelyn Gourvennec ne voit pas d’évolution dramatique quant à cette situation. Après un sursaut d’orgueil il y a deux semaines, son équipe est quasiment retombée au point de départ suite à la débâcle contre Metz : « Il n’y a rien de nouveau aujourd’hui. Avant d’aller à Lorient, on était barragistes. Je vous assure qu’on en avait conscience, on en avait parlé avant Lorient. Malheureusement, on a du mal à enchaîner après un résultat positif, à créer un début de série. À chaque fois, on fait un pas en avant, un pas en arrière… c’est embêtant dans la continuité ».

« Depuis le match à Reims, on a progressé. Il ne faut pas que ce match contre Metz, que l’on va qualifier d’accident, ne vienne gripper ce qu’on est capable de faire. On est de nombreuses clubs à être très proches au classement », poursuit-il.

Exprimer franchement les problèmes.

Malgré le calme prôné par le technicien nantais, certains y voient une sorte de dangereux déni. Pourtant, le coach des Canaris assure que les tensions ne permettront pas au FCN de se sortir de cette période de crise, bien au contraire.

« Il faut avoir conscience des choses, savoir les dire quand ça ne va pas. On est capable de voir les choses en face et d’analyser lucidement. Une fois que c’est dit, il faut reprendre le travail, en l’occurrence la préparation du match contre Marseille, avec beaucoup de détermination, d’engagement. Je pense que c’est mieux de travailler dans plus d’apaisement. Il faut être toniques, engagés dans nos séances… et c’est le cas, cette semaine encore. Mais avec mon expérience, de joueur et d’entraîneur, je pense que les tensions viennent rajouter du trouble dans de telles périodes », indique l’ancien coach du LOSC.

S’inspirer de l’adversaire.

En difficulté avec Gennaro Gattuso, l’OM a récemment décidé de se séparer du technicien italien pour faire venir l’expérimenté Jean-Louis Gasset sur son banc. Pourtant très critiqué, ce choix semble porter ses fruits, tant en championnat qu’en Coupe d’Europe.

« On sait qu’on va jouer contre une équipe en pleine bourre. Depuis que Jean-Louis Gasset a repris cette formation, ils ont mis trois buts au Shakhtar, quatre à Montpellier, cinq à Clermont, puis quatre à Villareal. On joue une équipe en confiance mais on doit être capable d’avoir une bonne animation pour nous permettre de faire un match cohérent à l’extérieur. On l’a fait à Reims, à Toulouse et à Lorient. Là, c’est Marseille, évidemment qu’il faudra un bon FC Nantes, bien structuré mais surtout meilleur avec le ballon », analyse Jocelyn Gourvennec.

Alors que le niveau de jeu proposé par les Canaris est loin de satisfaire les supporters nantais depuis l’arrivée du coach breton, ce dernier voit l’évolution de l’Olympique de Marseille comme un modèle : « Améliorer le jeu de l’équipe est un axe de travail permanent. Dans l’utilisation du ballon, on doit être meilleurs. Au-delà du travail, on doit trouver un peu de légèreté. Marseille est un bon exemple », encense-t-il.

Montrer une vraie force de caractère.

Si le « Sous-marin Jaune » de Villareal à coulé dans la cité phocéenne en Europa League, l’entraîneur des Canaris entend bien montrer que les Jaunes du FCN ont des arguments à faire valoir, même face à un adversaire supérieur sur le papier.

« Ce sera un très gros match. (…) Jouer à Marseille, c’est particulier. Le Vélodrome est une vraie caisse de résonance, il y a toujours beaucoup de bruit. Hier soir, j’ai vu les Jaunes de Villarreal prendre la marée, du début à la fin. On veut être nous-mêmes, et être les Jaunes qui résistent, qui savent s’organiser, se battre et donner beaucoup d’énergie. On a du caractère, mais on se doit de le montrer beaucoup plus régulièrement », encourage Jocelyn Gourvennec à deux jours du déplacement à Marseille.

Dernières news

Prochain match

La rédaction vous conseille