Pourquoi le FC Nantes va si mal ? (1/3)

Waldemar-Kita
Waldemar Kita (Ouest-France)

Le FCN enchaîne depuis quelques années des résultats sportifs décevants, souvent ponctuées par des classements dans le ventre mou du championnat. Retrouvez, dans une série de trois articles, les raisons de la dégringolade sportive du club.

Un des clubs les plus titrés de France, le FC Nantes est un club dont l’histoire ne laisse aucun supporter indifférent. En effet, avec 8 Ligue 1, 3 Coupes de France, 3 Trophées des Champions, les canaris sont dans le top 5 des clubs les plus titrés. Mais depuis 2001 et son dernier trophée (Ligue 1), le FC Nantes n’a rien gagné, est même descendu lors de la saison 2009-2010 en Ligue 2 où il est resté quatre saisons avant de regoûter à l’élite. Mais toujours est-il que le FC Nantes enchaine les saisons moyennes sportivement depuis sa remontée. Entre une gestion désastreuse et des résultats décevants, Nantes coule doucement.

Mais alors… comment expliquer cette descente aux enfers ? 

Le FC Nantes appartient depuis 2007 à l’homme d’affaires franco-polonais, Waldemar Kita, aidé par son fils, Franck Kita, directeur général. Waldemar Kita est notamment PDG de Flava Group, société belge et de Vivacy, société spécialisée dans la recherche d’un produit destiné à l’allongement de penis. La famille Kita n’est pas forcément la bienvenue à Nantes. Effectivement, les supporters nantais accusent Kita de causer la descente aux enfers de leur club. Ce qu’ils redoutent peut-être plus que tout, c’est la faillite. Le FC Lausanne-Sport, club suisse, appartenait anciennement à Waldemar Kita (1998-2001). Club qui a fait faillite une année après le départ de l’homme d’affaires. Il a par la suite plusieurs fois été accusé d’avoir causé cette faillite. Kita avait d’ores et déjà tenté de racheter le FC Nantes en 1998 mais le conseil d’administration de l’époque avait rejeté le projet qu’il qualifiait de « non-crédible ». 

Franck-Kita
Franck Kita ne voit pas le FC Nantes jouer l’Europe avant deux-trois ans

Jouer l’Europe ? Non…

En 2007, Waldemar Kita réussit finalement à devenir propriétaire du FC Nantes en rachetant le club à Socpresse, entreprise de Serge Dassault. La première année se déroule étonnamment bien pour le FC Nantes : une montée en Ligue 1 en mai 2008. Cela ne laissait pas présager une descente dès l’année suivante. À ce moment précis, la gestion de Kita devient sujette à controverse. En 2013, les canaris retrouvent la Ligue 1 devant 36 967 spectateurs à La Beaujoire, le stade mythique du FC Nantes. Depuis, la septième place est leur meilleure position. De quoi donner des regrets aux jeunes supporters nantais qui n’ont pas vécu les années de gloire des Jaune et Vert. Pour rappel, en 2018, Waldemar Kita avait annoncé « le but c’est de jouer l’Europe tous les ans, d’ici deux à trois ans ». Interrogé en conférence de presse début juin 2020, Franck Kita, son fils a déclaré que l’objectif du FC Nantes était aujourd’hui de terminer dans la première partie du tableau. 

Une gestion catastrophique

« Dis Romain, la gestion du FC Nantes tu la note combien sur 10 ? » Réponse de Romain Molina, journaliste indépendant, auteur d’articles pour The Times notamment : « Hors-catégorie sur mon échelle du n’importe quoi ». En effet, la gestion de Kita est réputée pour être désastreuse. 

Le FC Nantes a eu 15 entraîneurs en 13 ans depuis l’arrivée de Kita ! Des chiffres incroyables qui prouvent bien la gestion calamiteuse de l’homme d’affaires. La plupart des entraineurs partiraient du FC Nantes à cause d’un désaccord sur le mercato. Waldemar Kita a effectivement pour habitude d’intervenir énormément sur le mercato et a parfois prendre des choix en désaccord avec l’entraîneur. Le projet nantais est un mélange entre l’achat-revente (Losc, Monaco et Bordeaux) et la formation-revente (Lyon) mais qui semble ne pas fonctionner. Le FC Nantes a un effectif professionnel de 43 joueurs, de quoi faire deux équipes professionnelles. Le club semble pourtant aller très bien financièrement depuis quatre/cinq ans. En 2019, le FC Nantes a à la fois enregistré un profit record sur les transferts et une baisse considérable des abonnés à la Beaujoire. Alors que les principaux flux financiers remontent en Belgique et que Kita se régale, les supporters nantais restent déçus des résultats. Ce très bon été a par ailleurs failli causer la vente du FC Nantes à des investisseurs étrangers mais l’affaire a capoté au dernier moment. Waldemar Kita est en effet prêt à vendre le club quand ses comptes seront rééquilibrés. 

Waldemar-Kita
Waldemar Kita en prison ?

Des Kita j’en ai trouvé plein (Waldemar Kita/Le Monde)

Kita visé par le fisc

Justement, Waldemar Kita avait été soupçonné en 2019 d’évasion fiscale à la suite des « Football leaks ». La vérification fiscale n’a donné lieu à aucune procédure judiciaire, au grand bonheur de Kita. L’Echo dévoilait que sa société Flava Groups lui permettait d’éviter les impôts sur les plus-values réalisées lors de la vente des actions. On peut en déduire que Kita prépare avant tout la vente du club. Il veut se rembourser tout l’argent mis dans le club. Ce n’est pas la première fois que l’homme d’affaires franco-polonais se retrouve mêlé dans une affaire de fraude fiscale. En 2016, les Panama Papers révèlent une grande fuite de données du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca pointant la dissimulation de biens et d’argent offshore. Dans ces données, on y retrouve Waldemar Kita, actionnaire majeur de l’entreprise britannique Dylan Limited. Le média français L’Equipe a récemment annoncé que Kita s’est fait saisir son yacht, le K Grâce, long de 24 mètres et estimé à plus de 2,5M d’euros restitué dans la foulée contre une somme équivalente. Waldemar Kita aurait fait appel aux services de l’entreprise luxembourgeoise Nailux SA, pour créer Dylan Limited, société offshore basée aux îles Vierges Britanniques afin de cacher au fisc l’existence de son yacht. Justement interrogé par Le Monde en 2017 suite aux révélations des Panama Papers, Waldemar Kita avait notamment déclaré « Des Kita, j’en ai trouvé plein », « c’est un nom très connu en Asie ». 

Dans la seconde partie de cette petite série d’articles sur le club et sa situation, nous vous parlons notamment de Mogi Bayat, de sa position au FC Nantes et nous répondrons à la question que tout le monde se pose : pourquoi Kita lui confie-t-il les rênes du mercato jaune et vert ?

A lire aussi : Nantes - Paris Saint Germain : la composition probable

Pierre R. 

Articles similaires