Kombouaré « J’ai toujours dit que si Bordeaux n’était pas en Ligue 2, nous n’irions pas au Challenge »

antoine-kombouaré
Antoine KOMBOUARE (Photo Eddy Lemaistre/Icon Sport)

En interview pour Ouest France, Antoine Kombouaré a tenu à s’expliquer concernant l’annulation de la participation du FC Nantes au Challenge Emiliano Sala.

Vous le savez, le Challenge Emiliano Sala aurait dû se tenir lors des 16 et 17 juillet, mais les organisateurs ont dû y renoncer en raison du retrait du FC Nantes et de la situation extra-sportive des Girondins de Bordeaux. À l’issue de la rencontre face à Guingamp, Antoine Kombouaré est revenu sur cette décision qui a fait beaucoup parler.

« J’assume complètement d’avoir pris cette décision, C’est un choix sportif. J’ai toujours dit que si Bordeaux n’était pas en Ligue 2, nous n’irions pas au Challenge. Aujourd’hui, une décision a été prise et Bordeaux est en National, pour l’instant. Les conditions que j’avais posées ne sont pas respectées. Entre la rétrogradation de Bordeaux et cet effectif limité, je devais prendre cette décision. »

De nombreux supporters jugent inappropriée la décision du FC Nantes et considèrent celle-ci comme un manque de respect envers le défunt numéro 9 des Jaune-et-Verts. Le coach a tenu à adresser un message à la famille de l’Argentin.

« Je présente mes à la famille d’Emiliano Sala et aux supporters. Je sais qu’ils sont déçus, voire en colère. Mais ils doivent comprendre mon choix, qui, une fois encore, n’est pas fait contre la famille Sala. On ne veut en aucun cas manquer de respect à Emiliano. Je sais trop l’importance qu’il a dans ce club »

Les équipes s’affrontent hors évènement caritatif.

Après l’annonce de l’annulation du Challenge Emiliano Sala, les dirigeants du club nantais et du Stade Malherbe de Caen se sont rapidement mis d’accord pour tout de même s’affronter. Les deux équipes se retrouveront donc le samedi 16 juillet à 18h, à l’occasion d’un match amical qui se disputera à Avranches. De leurs côtés, les Girondins de Bordeaux iront à Orléans le même jour à la même heure.

Morgan Lavergne.

Articles similaires